Les bidochons en balades

Les bidochons en balades

Le calvaire de Pontchâteau

Une fois n'est pas coutume, un petit préambule à mon article.

 

J'ai toujours aimé me balader, découvrir et photographié. Je l'ai toujours fait avec l'envie de partager ce que je découvrais.

 

Pendant de très nombreuses années Erick était à mes côtés pour ces balades, ces découvertes, ces partages.

 

Erick n'est plus là mais cette semaine je me suis dit qu'il fallait que j'apprenne à faire ces balades sans lui.

 

Ce blog me permettra de continuer de partager mes découvertes avec vous et j'espère que vous aimerez les partager.

 

 

 

Je découvre sur internet un site proche de la maison (40km) qui attise ma curiosité.

 

 

Le Calvaire de Pontchâteau.

 

En guise de préambule à l'étonnante histoire du Calvaire de Pont-Château,
il est bon de rapporter une tradition orale transmise de générations en générations.

 


Un jour, le 31 janvier 1673, il s'est passé quelque chose en ce lieu. Des croix lumineuses, environnées d'étendards sont apparues dans le ciel, un bruit terrible a été entendu. Les troupeaux qui paissaient sur la lande se sont enfuis, épouvantés. Une heure durant, des chants célestes ont jeté l'étonnement et le mystère dans les métairies voisines...

 

Ce jour-là naissait à Montfort-la-Canne, aujourd'hui Montfort-sur-Meu, celui que l'Église appelle du beau nom de Hérault de la Croix, Louis-Marie Grignion de Montfort, que le peuple se plaira à appeler « le bon Père de Montfort »

 

DSC03363

 

 

 

 

Tout a commencé le 1er mai 1709, sous le règne de Louis XIV.


À la fin de la mission qu'il venait de donner à Pont-Château, le Père de Montfort - il avait 36 ans - proposa à la paroisse enthousiasmée un contrat d'Alliance et l'établissement d'un Calvaire monumental. Cette idée de construire un calvaire grandiose, Montfort l'avait en tête depuis longtemps. Il avait d'ailleurs dan
s ses « bagages » de missionnaire un magnifique Christ de 2 mètres.

 

DSC03428

 

 


L'emplacement qui fut choisi en définitive se situait sur la lande de la Madeleine, là où se trouvait jadis la léproserie du Pont (ainsi se nommait Pont-Château avant la Révolution).

 

 

DSC03429

 

 


Il faut ici relater une jolie légende qui raconte que dès que le monticule de terre commença à s'élever, les bénévoles remarquèrent que régulièrement deux petites colombes venaient prélever de la terre dans leur bec.

 

Étonnés par ce va et vient des volatiles, ils suivirent leur trajet et s'aperçurent avec stupéfaction qu'elles déposaient méticuleusement leur précieuse bectée sur la lande de la Madeleine. Montfort vit là un signe de la Providence et décida que son projet se réaliserait à cet endroit.


« Faisons un calvaire ici, faisons un calvaire !»

 

 

Munie d'un plan, je commence ma découverte du site

 

 

 

Plan

 

Le calvaire actuel est édifié au cours du xixe siècle à l'initiative du Père de Montfort. Il comprend un chemin de croix avec personnages,

 

Un groupe important rappelle l’Ascension, des grottes représentant Bethléem, l’Agonie; il est complété par une Scala Santa de 1891.

 

Le Calvaire de Pontchâteau est le plus fréquenté de France ; de la butte artificielle sur laquelle s’élève le calvaire proprement dit, on fait un tour d’horizon complet embrassant la Brière, la Bretesche, la forêt du Gâvre et les rives de la Loire.

 

J'emprunte une première grande allée qui mène au moulin de Montfort.

Les arbres sont magnifiques

 

 

 

 

Le moulin date de 1560. Il a été transformé en piedestal pour un statue de P. de Montfort en mémoire du bicentenaire de sa mort. La statue mesure 3m50.

 

DSC03373

 

 

 

Au fur et à mesure je découvre diverse monuments disséminés dans ce parc de 14 hectares.

 

 

DSC03376

 

 

 

DSC03379

 

 

 

DSC03381

 

 

J'arrive à la grotte de l'agonie

 

DSC03382

 

 

 

DSC03384

 

 

J'emprunte le chemin du Père de Montfort.

 

Tout au long des panneaux informatif retrace sa vie

 

DSC03386

Présentation

DSC03387

Naissance

DSC03388

Jeunesse

 

 

DSC03389

 

 

DSC03393

 

 

J'arrive à la Scala Sancta - Début du chemin de croix

 

Ce monument mesure 21 mètres de façade et 16 mètres de hauteur. Il fut le premier à être construit (1890). 

 

DSC03395

 

 

 

DSC03396

 

 

 

DSC03398

 

 

 

DSC03401

 

 

En me retournant j'aperçoie le calvaire 

 

 

DSC03402

 

Au loin le calvaire

 

 

Je remonte les allées du chemin de croix

 

DSC03394

 

DSC03404

 

DSC03405

 

 

La grotte de Bethléem, le cénacle, 

 

 

 

 

Le temple de Jérusalem à été construit 1933. Ne chercher pas de ressemblance. 

 

DSC03415

Le temple 

DSC03416

 

 

DSC03418

Les fresques sont remarquables

 

DSC03419

 

DSC03421

 

 

DSC03426

 

DSC03427

 

 

Pour terminer mon parcours, dernière montée pour atteindre le calvaire.

 

DSC03428

 

 

DSC03436

 

 

DSC03437

 

 

Du haut on domine. Au loin  Donge, Le port et le pont de Saint Nazaire

 

DSC03434

 

DSC03434 - Copie

Au loin le pont de Saint Nazaire

 

Au pied du calvaire la chapelle du père Montfort et son parterre de fleurs

 

DSC03365

 

 

 

DSC03367

 

 

 

DSC03439

 

 

DSC03441

 

 

Ce lieu mérite le détour par son côté extravagant, son architecture, sa démesure...

 

Pas besoin dêtre croyant pour profiter de 14 hectares de nature.

 

 

Sur la route du retour, un arrêt à l'île Mazin

 

ile mazin

 

ile mazin

 

 

DSC03445

 

Le cours d'eau qui fait le tour de l'île 

 

DSC03446

 

Une barque abandonnée

DSC03447

 

 

DSC03448

 

 

DSC03449

 

Quel drôle d'oiseau 

 

DSC03452

 

DSC03454

 

DSC03455

 

Maison au toit de chaume. Nous sommes à l'entrée du parc de la Brière

 

 

 

 

 

 Dernière étape une pause à Rozé

 

 

Berceau historique de la construction navale. C’est de Rozé que, vers Nantes, Angers et Vannes, partaient les chaloupes ventrues, lourdement chargées de noir ou de tourbe 

 

DSC03457

 

 

DSC03459

 

 

Le Brivet, dernier affluent de la Loire avant l’embouchure, long de 35 km, traverse la commune sur 6.5km. Jusqu’en 1822, il est soumis aux marées, puis deux écluses sont construites à Rozé (de chaque coté de la Maison de l’éclusier lors des travaux d’assèchement des Marais de Donges par la Compagnie Debray) pour empêcher la remontée de l’eau salée vers les zones désséchées et vers la Brière.

 

DSC03460

 

 

DSC03461

 

 

DSC03465

 

 

Voilà une belle balade pour profiter des derniers rayons de soleil. Demain il parait que le temps est pourri.....

 

 



29/09/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi