Les bidochons en balades

Les bidochons en balades

Week end à l ile de Ré

 

 

 

 

Vendredi matin, pause café. Les copines sont persuadées qu'il fera pas trop mauvais...Cela me donne envie de partir. Un coup de fil a Erick, il est d'accord.

 

Direction l'Ile de Ré pour 3 jours.

 

 carte-ile_de_re.jpg

 

 

 

Nous avons trouvé (en 2 heures) merci internet, une petite location (pas chère) pour 3 jours à la Noue.

 

 

Départ samedi matin il pleut des cordes. Premier arrêt, Centre commercial de la Rochelle pour racheter 2 K-Way. Les nôtres sont usés pour avoir trop servis !!!!!

 

15h, nous sommes installés et partons à la découverte de l’île, il pleut toujours et encore....

 

En arrivant à Saint martin de Ré, la pluie s'arrête, un rayon de soleil arrive...

 

Saint martin de Ré est incontestablement la capitale historique de l'ile.

La première chose que l'on remarque est la Citadelle.

 

Entre 1873 et 1938, la citadelle a servi d'étape pour tous les condamnés au bagne. Avant d'embarquer à bord de bateaux prisons pour la Guyane ou la Nouvelle-Calédonie, les prisonniers étaient captifs sur l’île.

 

De grands noms sont passés entre ces murs avant le départ au bagne (Alfred Dreyfus, Guillaume Seznec, Henri Charrière (dit Papillon).

La citadelle est encore aujourd’hui un centre pénitentiaire. Plus grande maison centrale de France, elle emploie plus de 285 employés (c'est le premier employeur de l’île).

 

 

DSCF3660.JPG

 


DSCF3667.JPG

 

La seconde chose que l'on ne peut éviter sont les fortifications.

A la fin du XVIIèm siècle, Louis XIV souhaite protéger la Rochelle et Rochefort des invasions anglaises et va mandgter le Maréchal Vauban pour l'édification autour de la ville de Saint Martin.

 

Résultat un édifice de 14km de long

 

DSCF3662.JPG

 


DSCF3664.JPG

 


DSCF3671.JPG

 

En suivant les remparts nous arrivons sur le port de Saint Martin ; Restau, cafés, restau, cafés, restau....Sympa mais pour nous c'est trop.

 

DSCF3672.JPG

 

Quelques petites barques dans le port

 

DSCF3680.JPG

 

Nous préférons emprunter les petites rues

 

DSCF3681.JPG

 

ce qui nous permet de découvrir de charmantes maisons a colombages

 

 

DSCF3683.JPG

 

DSCF3684.JPG

 

Et même si les roses trémières sont pratiquement toutes défleuries, les lierres aux couleurs de l'automne sont magnifiques

 

DSCF3693.JPG

 

Nous arrivons devant l'église fortifiée de Saint Martin et sa tour d’où l'on peut admirer le village.

 

DSCF3687.JPG

 

DSCF3691.JPG

 

A l'intérieur de beaux vitraux sur la mer et un hotel assez particulier dans ses tons de vert.

 

DSCF3689.JPG
 

DSCF3690.JPG

 

 

Au détours d'une ruelle, une galerie d'art présente des œuvres de Laurent Maëro qui me rappelle les sculptures de Toutain vu (vus ou vues oh lala la grammaire française!!!!) au Futuroscope.

 

DSCF3676.JPG

 

DSCF3677.JPG

 

 

Dimanche, pluie au réveil, mais.....soleil a partir de 10h. Nous repartons découvrir la point ouest de l’île.

 

Ars en ré

 

Ars en ré est référencé parmi les plus beaux villages de France

 

L'église saint Etienne

 

Cette église est l'une des plus anciennes de Ré. Construite au VIe siècle. Vers le XVe siècle l'église est agrandie et le clocher noir et blanc de plus de 40 mètre de haut, de style gothique flamboyant est construit. L'ensemble est classé monument historique le 29 décembre 1903.

 

DSCF3695.JPG

 

Pourquoi le clocher est peint en blanc et noir ?

 

DSCF3694.JPG

 

En fait depuis 1697 il est un amer qui sert de repère aux bateaux.

 

Les cloches ont été volées en 1575 par les protestants. Elles sont remplacées un siècle plus tard avant d'être fondues à la révolution. Les cloches d'aujourd'hui ont été données par les sœurs de la sagesse, du couvent d'Ars, au moment ou elles quittèrent la ville.

 

La maison du Sénéchal

 

Situé rue des Tourelles c'est une demeure unique sur l’île. Elle doit son nom au premier propriétaire connu, Etienne Buffechou décédé en 1647, sieur du Fief, Sénéchal (représentant local de l'administration royale) et juges ordinaires des seigneuries d'Ars et Loix.

 

DSCF3697.JPG

 

C'est un logis à échauguettes (guérite en pierre) inscrite depuis 1925 à l'inventaire des monuments historiques.

 

DSCF3699.JPG

 

Petite pause café devant le port de Ars. Une jonque, Pa YENG, en bois nous fait face.

Magnifique

 

DSCF3702.JPG

 


DSCF3704.JPG

 

 

Direction le Phare de la baleine

 

 

Le grand phare des Baleines a été construit dans le cadre du grand programme de 1825 établi par le Service des Phares et Balises sous l'impulsion de Léonce Reynaud.

 

Ce programme prévoyait, entre autres, la construction de grands phares d'atterrissage qui permettraient à tous les marins abordant les côtes françaises de voir une lumière où qu'ils se trouvent.

 

DSCF3706.JPG

 

Dès 1849, on commença simultanément la construction du grand phare actuel

et celle d'un phare de troisième ordre en mer, le phare du Haut Banc du Nord, appelé aussi phare des Baleineaux.

 

DSCF3711.JPG

 

Allumé en 1854, le phare des Baleines a fonctionné au pétrole jusqu'en 1882. Il a ensuite été doté d'une centrale de production d'énergie électrique à vapeur vers 1904. Enfin, il a été raccordé au réseau électrique après la seconde guerre mondiale.

Le grand phare des Baleines est un phare de premier ordre, dit aussi phare d'atterrissage. Il est équipé d'optiques de Fresnel, toujours en service, dont la taille permet d'éclairer le plus loin possible.

 

Le bâtiment est une tour octogonale en pierres apparentes (calcaire de Crazannes, de Saint-Vaize et du Douhet). Le soubassement a été réalisé en granit bleu de Kersanton.

 

La Vieille Tour des Baleines

 

Construite en 1682 par l'architecte Augier

 

DSCF3712.JPG

 

A une époque où le trafic maritime (commercial et militaire) est de plus en plus dense, les naufrages de navires sont de plus en plus nombreux. Les ports et côtes français ne sont pas suffisamment équipés pour guider les vaisseaux qui sillonnent les eaux françaises. On décide donc la construction de ports profonds et de tours à feux pour en baliser l'accès.

 

La tour des Baleines a été construite sur ordre de Colbert d'après un programme établi par Vauban pour servir, avec le phare de Chassiron, de couverture avancée à l'arsenal de Rochefort, créé en 1666.

Ce premier phare des Baleines a été construit d'après des plans de 1669 dessinés par Augier. C'est une tour en pierres de taille des carrières de Saint-Savinien. L'édifice comporte 3 étages avec 3 pièces auxquelles on peut accéder par un escalier à vis.

 

Etant donné sa position géographique, le phare des Baleines est un observatoire maritime idéal. Il permet d'avoir une vision dégagée de l'horizon et de voir arriver de loin les navires qui s'approchent des côtes, tant ennemis que alliés.

 

La vieille tour des Baleines a été classée Monument Historique le 22 juin 1904.

 

Nous continuons la découverte de l'île.

 

DSCF3714.JPG

 

La redoute des portes

 

Elle est située sur la rive du Pertuis Breton à environ 1 km du village. Elle a été construite à l'emplacement d'une ancienne "Redoute"(fortification) élevée à la demande de Vauban. Sur cette chapelle démolie puis reconstruite, se dresse une statue de la vierge. Il s'agit d'un ex-voto offert par des marins autrichiens sauvés après un naufrage en 1880

 

 

Nous allons jusqu'au bout du bout, le bois de trousse Chemise

 

Du nom du bois de Trousse Chemise (légende ?)

En 1627, Toira pourchassant les troupes anglaises du Duc de Buckingham, celles-ci rembarquent à Loix et sortent du fier d’Ars en passant au large du-dit bois. Des rétais (et rétaises ?), heureux de ce départ, troussèrent leurs chemises et montrèrent leurs derrières à l’ennemi.

 

Autre explication. Ce bois trouve son nom dans le fait qu'autrefois les habitants devaient retrousser leur pantalon pour aller des Portes-de-Ré à Loix, à marée basse.

 

Ou encore pour l'anecdote, trois théories formulées autrefois pour expliquer le nom du lieu.

 

L'une dit que le bois était ainsi appelé à cause du vent qui y souffle à certaines époques de l'année et qui trousse les chemises.

 

L'autre explique que le bois de Trousse-Chemise était l'endroit où les hommes allaient trousser leur fiancée.

 

La troisième raconte que les femmes de l'île de Ré allaient sur la plage lorsque passait un navire et qu'elles troussaient leur chemise pour dévoiler leur anatomie ; les marins déroutaient leurs embarcations et venaient se fracasser sur les rochers. Il ne restait plus ensuite aux dames qu'à piller les embarcations.

 

Sinon vous pouvez toujours écouter la chanson de Charles Arznavour

 

On a dans les bois de Trousse chemise Déjeuné sur l'herbe, mais voilà soudain

Que là, j'ai voulu d'un élan superbe Conjuguer le verbe aimer son prochain.

Et j'ai renversé à Trousse chemise Malgré tes prières à corps défendant

Et j'ai renversé le vin de nos verres Ta robe légère et tes dix sept ans

 


Lundi, 11 novembre. Un petit tour a pied dans Sainte marie de ré avant de passer le pont. Il bruine (crachin charentais!!!).

 

Nous avons du temps et nous remontons par la côte jusqu'à Tharon.

 

 

Un arrêt à Marcilly ou l'église est vraiment particulière. classée monument historique depuis 1907.

marcilly (5).JPG

 

marcilly (3).JPG

 

L'intérieur est tout aussi particulier

 

marcilly (6).JPG

 

Jard sur mer, La Tranche sur mer (arrêt déjeuner : une Fondue de la mer et une crème brulée...Hum.....) Les sables d'olonnes, Saint gilles croix de vie, Saint jean de Mont (arrêt balade sur la plage pour Pépite), Beauvoir, Pornic...et nous voilà rendu.

 

Fin d'un week end sympa mais quand même un peu (beaucoup) pluvieux.

 



10/11/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi