Les bidochons en balades

Les bidochons en balades

Saint Nazaire - Tranquille

 

 

Un dimanche presque d'été. Un vide grenier dans le centre de Tharon qui rempli de touristes, de voitures, de plein de monde, de..... Bref nous on n'a pas l'habitude....Alors on va ailleurs  smiley tire langue.jpg Juste pour le plaisir de la balade et de faire quelques photos

 

 

 

Pas bien loin... Direction le jardin des plantes de Saint Nazaire.

 

DSC00414.JPG

 


DSC00415.JPG

 


DSC00417.JPG

 


DSC00418.JPG

 


DSC00419.JPG

 


DSC00421.JPG

 


DSC00423.JPG

 


DSC00425.JPG

 


DSC00426.JPG

 


DSC00427.JPG

 

Nous découvrons le monument commémoratif du drame du Queen Mary 2, réalisé par l’artiste parisien Philippe Chazal. Un monument composé d’une colonne et d’un banc dédié au recueillement qu’il a voulu emprunt « d’une douceur et d’une grande humanité ». 

 


DSC00430.JPG

 

Le 15 novembre 2003, 16 personnes trouvaient la mort dans l’effondrement de la passerelle d’accès au Queen Mary 2. La catastrophe avait également fait 29 blessés. 


DSC00433.JPG

 


DSC00434.JPG

 


DSC00436.JPG

 


DSC00440.JPG

 


DSC00443.JPG

 

Après cette jolie promenade, une pause déjeuné, puis une sieste réparatrice (pour Erick) près de l'étang du Bois Joalland. J'en profite pour suivre un sentier qui borde l'étang.

 

DSC00457.JPG

 

Dans le quartier de l'Immaculée, cet étang de plus de 400 hectares crée par l'armée américaine en 1917 pour alimenter la ville en eau potable, est devenu le rendez vous incontournable des pêcheurs, des joggeurs, des amateurs de voiles et d'aviron.

 


DSC00459.JPG

 

Ville entourée d’eau, Saint-Nazaire connaît néanmoins de graves problèmes d’approvisionnement en eau potable lorsque la ville prend son essor au 19e siècle. 

 

Ni l’eau de la Loire, trop salée, ni l’eau des marais de Brière ne sont propres à la consommation. Si les quelques centaines d’habitants du bourg d’origine peuvent se contenter de puits privés et d’une poignée de fontaines publiques, la donne va changer radicalement avec la construction et l’exploitation du port, à partir des années 1850. Saint-Nazaire connaît une croissance exponentielle : vers 1880 on compte plus de 13 000 habitants, et les besoins en eau douce sont énormes. Il faut de l’eau potable pour les habitants, bien sûr, mais aussi de l’eau pour les industries et les machines des navires à vapeur !


DSC00465.JPG

 

Dans les années 1880 il n’y a toujours pas de fourniture assurée et régulière d’eau potable : des marchands d’eau ambulants font partie du paysage, des bateaux citernes apportent le précieux liquide de loin…

 

Afin de capter l’eau de pluie, on crée des bassins par barrage, dans des cuvettes naturelles. Hélas, le rendement en eau potable sera largement inférieur aux estimations.

Le problème de captation et de traitement de l’eau devient tellement épineux que lors d’une séance houleuse du conseil municipal, en 1909, les conseillers votent publiquement un blâme au maire et aux ingénieurs de la ville !


DSC00467.JPG

 

En juin 1917, les premières troupes américaines débarquent à Saint-Nazaire où sera installée une énorme base militaire. Près de 200 000 soldats américains y transiteront entre 1917 et 1919.

 

Les besoins en eau sont plus criants que jamais. En plus de grands travaux de pompage, les Américains vont creuser le lac du Bois-Joalland, dans le secteur de L’Immaculée. Le hameau de l’Epine Blanche doit faire place à un million et demi de m3 d’eau…

 

 

DSC00469.JPG

 

 

Près de la base d'aviron de grands enfants s'occupent avec des voiliers radio commandé

 

DSC00453.JPG



 


DSC00473.JPG

 


DSC00474.JPG

 


DSC00490.JPG

 

Je les aime bien, ces petites barques


DSC00493.JPG

 

Joli dimanche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



20/05/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi