Les bidochons en balades

Les bidochons en balades

Maulévrier, Château Colbert et Parc Oriental

Jeudi 3 septembre 2020, journé de repos pour Sophie.

 

Nous prenons la route pour une virée dans le Maine et Loire à Maulévrier.

 

Une petite découverte de la petite ville, 3500 habitants.

 

DSC04588

 

DSC04590

 

L'entrée de la Mairie est très fleurie

 

DSC04638

 

 

 

Notre Dame de Toutes Aides

 

DSC04591

 

 

DSC04592

 

 

DSC04597

 

 

 

DSC04596

 

 

DSC04593

 

 

DSC04594

 

 

DSC04595

 

 

Nous arrivons au Château Colbert

 

Construit en 1677-1678 par Guillaume III Bautru, comme cadeau pour sa fille après son mariage avec Édouard-François Colbert (le frère de Jean-Baptiste, ministre de Louis XIV) qui prend le titre de comte de Maulévrier,

 

DSC04598

 

DSC04600

 

 

 

Orné de motifs végétaux, resté intacts jusqu’à nos jours, il demeure l’un de meilleurs exemples de l’architecture angevine du début du XIXe siècle. Quant au portail, avec sa monumentalité néoclassique et ses doubles pilastres cannelés, il accueille encore aujourd’hui les visiteurs du château.

 

maulevrier

 

 

Après avoir appartenu aux Pères du Saint Esprit de 1954 à 1977, qui y avaient installé l'école des missions, le château est devenu hôtel-restaurant à partir de 1977.

 

Nous visitons le 

 

DSC04601

 

 

Le potager de 8 000 m² a été créé par les Colbert en 1768. Il a ensuite été restauré entre 1820 et 1840.

 

 

 

DSC04603

 

DSC04604

 

 

 

Lorsque la lignée des Colbert s’éteint, et que les Bergère de riches industriels choletais se portent acquéreurs en 1893, il est en pleine splendeur. Ils feront eux mêmes de nombreux aménagements et créeront en 1903 une nouvelle serre dont on peut admirer une partie restaurée aujourd’hui.

 

DSC04605

 

DSC04606

 

DSC04616

 

 

 

Jusqu’à la seconde guerre mondiale il est un chef d’oeuvre de tenue et de production. De 1946 à 1977 le domaine est confié à des congrégations religieuses qui après avoir tenté de le transformer le laisseront à l’abandon.

 

DSC04618

 

DSC04619

 

DSC04622

 

DSC04626

 

DSC04628

 

 

 

Cet endroit tant soigné et aimé restera ainsi dénaturé pendant près de 50 ans jusqu’a l’arrivée des actuels propriétaires Jean Louis et Dominique Popihn qui décideront en 2011 de le restaurer dans sa totalité.

 

DSC04617

 

Dans tout le potager il y a en ce moment une Exposition de 60 girouettes d’artistes, collection Daniel Couturier.

 

DSC04621

 

DSC04632

 

Même les indications de direction sont végétales

 

DSC04629

 

DSC04630

 

 

 

Nous sommes presqu'en automne et il ne reste que quelques fleurs

 

DSC04636

 

 

DSC04633

 

DSC04635

 

 

Une partie du potager domine le Parc Oriental que nous allons visiter ensuite

 

DSC04607

 

Sophie fait une petite pause 

 

DSC04608

 

Le Parc Oriental 

 

DSC04640

 

 

 

Les 29 ha du parc actuel faisaient partie de la propriété du Château Colbert.

 

DSC04610

 

 

DSC04611

 

DSC04612

DSC04614

 

 

 

Fondé à partir de 1680 par Edouard François Colbert, le château est détruit pendant les guerres de Vendée.

 

DSC04641

 

DSC04642

 

DSC04643

 

DSC04646

 

DSC04649

 

 

 

Il est reconstruit entre 1815 et 1830. Un premier parc romantique est créé à l'arrière du château à cette occasion.

 

DSC04651

 

DSC04654

 

DSC04656

 

DSC04657

 

DSC04659

 

 

La propriété est rachetée à la fin du XIXe siècle par la famille BERGERE, qui la restaure et aménage entre 1899 et 1913 un paysage japonais dans le parc du château, avec l’aide de leur gendre Alexandre MARCEL, célèbre architecte orientaliste, et leur chef jardinier Alphonse DUVEAU.

 

DSC04660

 

DSC04662

 

DSC04663

 

DSC04666

 

 

 

 

Des éléments sont reproduits à partir de moules provenant de l'Exposition Universelle de 1900 à laquelle Alexandre MARCEL avait participé. Alphonse DUVEAU, jardinier en chef, gère l'entretien permanent du site, avec l'aide de plus de 10 jardiniers.

 

DSC04668

 

Le temple Khmer Situé à la croisée des chemins, il faisait partie du pavillon du Cambodge aménagé par Alexandre Marcel lors de l'exposition universelle de 1900,  Il est en partie une reproduction d'un des pavillons d'Angkor Vat.

 

 

DSC04669

 

A l'intérieur, on peut voir une statue de Bouddha. Il est assis dans la position du Lotus, sur les anneaux du Naja, le serpent mythique et génie des eaux, qui le protégea du déluge et du soleil lors de sa grande méditation. Initialement à l'extérieur, parmi les rochers, cette statue a été placée à l'intérieur et drapée de tissus par les cambodgiens de la région de Cholet, pour qui le temple est aujourd'hui un lieu de culte.

 

DSC04673

 

L'escalier aux lions est une représentation de l'art khmer du 13eme siècle, ils faisaient eux aussi partie de l'Exposition Universelle de Paris de 1900. Reliant le lac au temple, l'escalier a une grande valeur religieuse. Les lions, postés de part et d'autre, sont les gardiens du temple. Ils en protégent l'accès à partir des eaux.

 

DSC04674

Sophie fait les doux yeux aux lions

 

En 1976, la propriété est vendue et scindée en trois parties. La commune rachète le parc, alors complètement abandonné, en 1980.

 

DSC04675

 

 

 

DSC04677

 

 

DSC04678

 

Le pont rouge et les îles du paradis

Ce pont typiquement japonais fut reconstruit en 1988. Il permet d'accéder aux îles qui symbolisent le Paradis taoïste, appelées aussi les « îles des êtres immortels ». C'est un lieu sacré qu'appuie la couleur rouge orangée du pont . Ce dernier a été entièrement restauré au cours de l'hiver 2013-2014.

Les îles sont interdites au public pour ne pas déranger les « esprits ». Seules exceptions : l'Empereur du Japon et... les jardiniers.

 

.

DSC04683

 

 

DSC04685

 

 

DSC04688

 

 

 

Une association est créée pour assurer la gestion et la sauvegarde du parc.

 

DSC04690

 

 

DSC04692

 

Le viaduc de Maulévrier fut exécuté en 16 mois, d'avril 1867 à août 1868. Il fût contruit par "La Compagnie des chemins de fer d'Orléans" pour relier Cholet, Mauléon et Poitiers.

 

DSC04693

 

 

DSC04697

 

 

 

A partir de documents, de photographies retrouvées et de témoignages, elle entreprend sa restauration. Ce sont les premiers bénévoles de l'association qui défrichèrent le parc.

 

DSC04699

 

 

DSC04702

 

 

DSC04705

 

 

DSC04709

 

 

En 1987, des professeurs japonais des universités horticoles de TOKYO et de NIIGATA reconnurent les 12 hectares du site classé comme étant inspirés de jardins japonais de la période EDO (XVIe- XIXe siècles).

 

DSC04716

 

 

DSC04717

DSC04717

 

 

A partir de cette date, des travaux de restauration importants furent entrepris et se poursuivent encore aujourd'hui.

 

DSC04719

 

Une petite pause, visite de la serre et de ses bonzaï

 

DSC04721

 

Petit plan d'eau et ses carpes Koï

 

 

 

DSC04727

 

 

Dernière partie du parc avant la sortie

 

DSC04732

 

 

DSC04735

 

DSC04736

 

 

DSC04738

 

 

Le parc est reconnu comme le plus grand parc d'inspiration japonaise en Europe et comme un des projets pilote en Europe pour la qualité de sa restauration et de sa valorisation.

 

 

Belle commune, Joli potager et magnifique parc, tout cela en bonne compagnie...

Une super journée

 



04/09/2020
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi