Les bidochons en balades

Les bidochons en balades

Sur les pas de Charette

Au mois de mai nous avions fait une escapade en Vendée, visiter l'historial de Vendée (Histoire et bocage Vendéen ) mais nous n'avions pas eu le temps de visiter la Chabotterie... C'est chose faite.

 

 

Notre premier arrêt est à Rocheservière

 

 

DSC08229.JPG

 

 DSC08228.JPG

 


DSC08239.JPG

 


DSC08245.JPG

 

L'étymologie de Rocheservière atteste une origine très ancienne 

 

ROCA = roche - roca est d'origine pré celtique et tiré de l'ancien occitan qui signifie : roche, rocher ;

CERVIÈRE = le cervier est le chasseur de cerfs

 

Mais d'autres avis évoquent plutôt « La Roche sur Rivière ». Son étymologie reste sujette toujours à beaucoup de discussions et suppositions.

 

Le Viaduc

 

La construction débute en 1850. Composé de 3 arches, ce pont a été réalisé à l'aide des pierres de l'ancien château-fort de Rocheservière.

 

DSC08230.JPG

 


DSC08235.JPG

 


DSC08237.JPG

 

 

 

 

Le vieux pont

 

Le petit pont sur la Boulogne aurait été construit à l'époque Gallo-Romaine.

 

DSC08231.JPG


 

Situé en contrebas de la butte, ce pont gallo-romain enjambe la rivière appelée Bedonia (819) puis Bolonio au XIIème.

 

DSC08233.JPG

 

On peut penser que ce pont remonte au moins au Xème siècle. Il fut longtemps l'unique voie de passage sur la Boulogne tout au moins sur le territoire de Rocheservière.

 

DSC08234.JPG

 

La météorite de Rocheservière

 

Une petite pancarte dans une boutique attire mon attention 

 

DSC08241.JPG

 

Petite recherche sur internet (mon ami) et je trouve l'explication suivante : 

 

"Un phénomène semblable s'est produit à Rocheservière le vendredi 5 novembre 1841, une météorite est tombée dans les vignes situées entre Grammont et Saint-Christophe-la-Chartreuse. L'Écho du Monde savant du 24 novembre 1841 raconte : « Un globe de feu, accompagné d'une clarté éblouissante et d'une forte détonation, a été vu traversant l'espace avec une grande vitesse dans les environs de Bourbon-Vendée », actuellement La Roche-sur-Yon.

Le météore fut suivi de la chute d'une pierre à Saint-Christophe, petit hameau situé au sud de la commune. Cet aérolithe, qui pèse 5 kilogrammes et demi, ressemble à une pierre calcinée qui dans l'intérieur paraît formée de fer, de soufre et de silice. Après un étrange procès entre des cultivateurs qui voulaient se l'approprier, elle fut confiée au Muséum d'histoire naturelle de Nantes en 1895.

Des fragments sont dans des musées d'histoire naturelle de Paris, Chicago, Vienne, Londres. L'étude par le minéralogiste Alfred Lacroix, en 1906, a été publiée à la Société des sciences naturelles de l'ouest de la France."

 

DSC08246.JPG

 


DSC08249.JPG

 


DSC08253.JPG

 

 

 

Nous grimpons jusqu'à la croix de la Butte

 

DSC08247.JPG

 

 

Tiens, des Hamon comme famille seigneuriale.... Des ancêtres ... peut être

 

DSC08248.JPG

 

 

Nous reprenons la route jusqu'à Mormaison, où, a part une chapelle il n'y a ... pas grand chose

 

La chapelle de la Salette

 

En mai 1854, le curé de Mormaison, Edouard Rouillé, fait installer une représentation de Notre Dame de la Salette.

 

DSC08257.JPG

 

Puis, devant l'importance de la dévotion, il fait construire une petite chapelle. Cette dernière est bénie le 2 juillet 1855 par l'abbé du Tressay, curé de Chantonnay.

La chapelle, très fragile, est restaurée dès 1887, puis en 1920, 1968 et 1981.
 
DSC08255.JPG
 

DSC08256.JPG
 
Elle a connu différents propriétaires avant d'être rachetée à la paroisse par la commune en 2007 dans un objectif de conservation et de protection du patrimoine.
 
 
Après avoir eu quelques difficultés pour trouver un restaurant d'ouvert en ce jour de Toussaint (nous avons fini dans un restaurant thailandais....en bocage Vendéen... chercher l'erreur)
 
Nous arrivons à la Chabotterie
 
DSC08260.JPG
 

Haut-lieu de la guerre de Vendée, puisqu'il fut le cadre de l’arrestation du général vendéen Charette le 23 mars 1796, le Logis de la Chabotterie présente la forme type d’un logis bas-poitevin. Cette synthèse du château, demeure seigneuriale, et de la métairie, domaine agricole, se répand dans le paysage vendéen entre le XVe et le XVIIIe siècle. 

 

 


DSC08261.JPG
 

 

L’origine de la construction remonte au milieu du XVe siècle. Autour de la cour d’honneur sont alors étroitement imbriqués dépendances agricoles, logements des domestiques et maison noble

 

DSC08262.JPG

 

François Athanase Charette de La Contrie, né le  à Couffé, près d'Ancenis et mort fusillé le  à Nantes, est un militaire français qui a joué un rôle essentiel dans la guerre de Vendée à la tête de l'Armée catholique et royale du Bas-Poitou et du Pays de Retz.

 

Il fut surnommé « Le Roi de la Vendée », et Napoléon Ier écrira de lui : « Il laisse percer du génie ».

 

Une première du logis de la Chabotterie est consacrée aux guerre de Vendée avec un audio guide. Nous découvrons alors François Athanase Charette de la Contrie, l'homme de guerre et l'homme de foi, ainsi que les faits marquants du conflit vendéen grâce à des contenus numériques nouveaux : vidéos, sons, images, projections géantes des grandes batailles, visage de Charette reconstitué en 3D, mise en scène d'experts, animations pédagogiques et ludiques...

 

 

Le logis

 

9 salles historiques meublées , une immersion à la fin du XVIIIe siècle, juste avant la Révolution française. 

 

L’aménagement des intérieurs, conçu à partir des inventaires d’archives, présente exclusivement des objets authentiques antérieurs à 1790. Avec l’atmosphère de l’époque ainsi restituée, le logis semble encore habité. 

 

Au rez-de-chaussée, salon de compagnie, salle à manger et cuisine attendent le visiteur.

 

DSC08263.JPG

 


DSC08266.JPG

 


DSC08267.JPG

 


DSC08269.JPG

 

 

Au premier étage, la chapelle, la chambre et la salle de commandement se succèdent. 

 

DSC08272.JPG

 


DSC08275.JPG

 


DSC08278.JPG

 


DSC08279.JPG

 


DSC08281.JPG

 


DSC08287.JPG

 

Au dernier niveau se trouvent le cabinet d’érudit ainsi que les combles sous les charpentes d’origine du logis. 

 

DSC08288.JPG

 

Erick teste la douceur des draps !!!!

 


DSC08290.JPG

 


DSC08291.JPG

 

 

Dans chaque pièce, le mobilier contient de beaux exemples des savoir-faire et du goût entre le XVIe et le XVIIIe siècle. 

 

Le jardin clos

  

Clos de murs latéralement, il se termine par deux pavillons quadrangulaires Renaissance, qui encadrent un élément rare, mis au jour lors de l’aménagement : le haha. Cette douve, véritable «clôture en négatif», interdit l’accès au domaine, tout en libérant une perspective monumentale sur la longue allée cavalière bordée de chênes. 

 

 

DSC08300.JPG

 


DSC08316.JPG

 

 

Longeant les pergolas de roses anciennes, le jardin juxtapose deux univers, séparés par le puits central. Près du logis, le jardin d’agrément, avec ses tapis de fleurs et ses bordures de buis rassemble plantes aromatiques et médicinales.

 

DSC08298.JPG

 

DSC08296.JPG

 


DSC08299.JPG

 

 

 

DSC08317.JPG

 

 

Au-delà, le potager est divisé en carré de légumes, mêlés aux fleurs à couper pour la décoration du logis. 

 

DSC08313.JPG

 

 

Petit chou pour une bonne soupe

 

 DSC08303.JPG

 


DSC08306.JPG

 

Choux Kale


DSC08307.JPG

 


DSC08310.JPG

 



 

Voilà une journée bien remplie.



04/11/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi